Catégories
communication Blog

Accordez de l’importance à l’orthographe et à la grammaire

Par Florence Augustine, correctrice et rédactrice de débats

Facteur d’intégration, la langue française dans sa non-maîtrise ou une maîtrise
approximative peut être un obstacle en termes d’accès à l’emploi, dans la pratique quotidienne de son métier, de progression de carrière, de développement de son réseau professionnel ou privé, où elle peut être discriminatoire, voire éliminatoire.
Le business, c’est quoi ? C’est la rencontre entre un acheteur et un vendeur. Pour
sortir ses billets ou sa carte bleue, il faut être en confiance. La confiance, c’est comme la
dictée : au départ, tout le monde a 20/20, c’est quand on commence à écrire que ça se gâte. Vous n’avez pas besoin que votre garagiste ait une bonne orthographe, vous avez besoin d’avoir confiance en lui pour lui laisser votre voiture.
Au-delà des enjeux liés à la communication interne en entreprise, des lacunes en
orthographe et grammaire peuvent être préjudiciables du point de vue de la
communication externe.
Une bonne orthographe est un gage de confiance aux yeux de vos clients et de vos prospects.
Il est difficile de trouver fiable et compétent quelqu’un qui émaille ses rapports, ses notes de dizaines de fautes d’orthographe.
Désormais, l’e-mail est devenu l’outil de communication professionnel de tous les
instants.
Par ailleurs, combien va coûter une plaquette sur papier glacé imprimée à grand tirage qui contient une faute grammaticale inexcusable en termes de crédibilité pour l’entreprise ? Cette erreur se transformera en manque de respect pour les personnes qui vont la lire, celles-ci étant des clients potentiels.
L’écrit reste une valeur centrale, qui officialise, certifie, donne un caractère définitif à une décision. Il s’agit de transmettre exactement l’information.
Si en sus des fautes orthographiques et grammaticales, s’insèrent des fautes de sens, les phrases peuvent être interprétées différemment par le destinataire, entraînant une suite de malentendus.
Une bonne orthographe est en mesure d’éviter les ambiguïtés dans la communication écrite.
L’orthographe et la grammaire comprennent un ensemble de normes qui régissent notre façon d’écrire, d’une importance majeure en règle générale et primordiale au travail pour différentes raisons dont celle qu’elles permettent au rédacteur et à son destinataire de se comprendre, si tant est que le bon usage ait été respecté !

De nos jours, une entreprise ou un indépendant qui veut soigner son image et développer ses prestations et contacts devra passer par un site web, qui peut être un site vitrine, une boutique en ligne, un blog, un site d’actualité…

Depuis quelques années, les réseaux sociaux sont devenus, de par leur forte viralité, un outil primordial en termes de stratégie de communication.
Quelles que soient les raisons pour lesquelles nous y sommes, nous y représentons bien souvent notre entreprise, nous-mêmes, notre propre entreprise quand nous sommes freelances.
Les gens se font une image de nous, de notre activité d’indépendant ou de notre marque à partir des éléments qu’ils trouvent justement sur le web : commentaires, articles, photos, réseaux sociaux, cv en ligne… des traces à partir desquelles quelqu’un qui ne nous connaît pas va nous juger.
Cette visibilité exacerbée peut tout autant servir que desservir la notoriété d’une marque.
Si, sur les sites informels comme facebook, on vous accordera une plus grande tolérance aux fautes, sur la page d’accueil d’un site de vente, votre plaquette commerciale, votre crédibilité est en jeu.
Que penser d’un professionnel lorsque son profil linkedin ou viadeo, ses interventions sur des sujets d’expertise dans des groupes de discussion, sur le blog de son entreprise ou le sien contiennent de délicieuses fautes d’orthographe ?
Avec les bons mots, des phrases chocs, une belle rhétorique, une bonne histoire, on attire l’attention, on fait mouche, on se fait remarquer.
Les conséquences d’une mauvaise orthographe sont majeures en matière d’image.
Une bonne orthographe participe à la construction d’une image de marque maîtrisée et cohérente que ce soit pour le salarié, l’entreprise ou le consultant indépendant.
Quand on publie régulièrement des articles sur un blog, peut-être d’autant plus sur le sien, que l’on commente sur des groupes de discussion de réseaux sociaux, que l’on gère les contenus rédactionnels d’une entreprise, que l’on communique
quotidiennement avec le monde extérieur de l’entreprise (fournisseurs, clients), il est de bon ton de ne pas croire que pour autant l’orthographe et la grammaire sont tombées en désuétude.

Si les fautes de frappe et d’inattention peuvent être évitées par une simple relecture, pour les fautes qui relèvent d’une méconnaissance ou d’un oubli des règles d’orthographe et de
grammaire, il est possible de progresser. Ce n’est pas en ignorant les difficultés de la
langue française mais en s’y confrontant que l’on parvient à les surmonter. Il est
possible d’appréhender les subtilités du français, si nombreuses soient-elles, en
utilisant des moyens mnémotechniques et autres astuces.
En grammaire, même s’il y a des choses à apprendre, il y en a à comprendre.
Exemple, pour résoudre l’accord du participe passé, il est bon de se poser la question « qui ? Quoi ? ».
Ils se sont vus et parlé.
Ils ont vu qui ? Eux. Ils ont parlé qui ? Personne : ils ont parlé à eux, donc pas d’accord.

1 : Se relire ou se faire relire

À une époque où tout n’est qu’urgence,
instantanéité, précipitation, il est recommandé parfois de prendre 5 minutes pour se relire, ou mieux encore de laisser reposer « sa prose » pour la reprendre plus tard.
Si parcourir votre texte permet de rapidement repérer et corriger de nombreuses fautes d’inattention ou de frappe, c’est également un moyen de vérifier la cohérence du
contenu, de retravailler des phrases un peu trop lourdes ou ajouter une précision à une information trop courte.
Vous pouvez également relire votre texte à voix haute, on « entend » souvent mieux les fautes qu’on ne les voit.

Comme l’on voit toujours mieux les fautes des autres que les siennes , demandez si vous en avez l’occasion à un proche de vous relire, ne serait-ce que pour avoir un avis sur votre contenu.

2 : lire
Lire beaucoup est un excellent moyen pour enrichir votre vocabulaire, vous
familiariser avec l’orthographe des mots que vous employez peu ou pas du tout : des journaux type hebdomadaires, magazines, blogs… des ouvrages sur vos thèmes de
prédilection, des classiques si le cœur vous en dit.

3 : se former
Certes si diffuser des écrits qui ne sont pas parsemés de coquilles peut vous rendre aux yeux de vos lecteurs plus crédible, on ne vous demande pas dès demain de vous greffer un dictionnaire au bout de chaque doigt.
Il ne faut pas non plus que le contenant prenne le pas sur le contenu, et que le fait d’écrire soit source d’angoisse. D’autant que l’avantage quand on tient son propre blog est de pouvoir apporter très rapidement la moindre modification à un billet. Ce n’est pas le cas pour d’autres supports de communication !
Même si ceux qui vous lisent vous font remarquer une coquille, c’est en faisant des erreurs que l’on apprend.
Depuis notre enfance, nous apprenons de nouvelles connaissances au travers des disciplines à l’école ou en dehors. Au fil du temps, nous accumulons des expériences au cours de notre vie. Nous accumulons… donc nous apprenons. Seulement, entre les cours d’anglais ou d’autres langues étrangères, le management, le business de vos affaires, la maîtrise de plusieurs logiciels et applications de traitement de textes et de calculs, on ne vous a pas exigé de passer un « TOEFL » en français. Vous avez des doutes sur l’orthographe de certains mots, les accords verbaux. Vos phrases ont-elles toujours du sens ? Ne comportent-elles pas quelques ambiguïtés ?

Que peut-on attendre d’un atelier de remise à niveau en français ?

Certainement pas du jour au lendemain de devenir le « Baudelaire » du XXIe siècle, d’avoir 20/20 à la prochaine dictée de Pivot, c’est entendu. Mais ils permettent d’aborder les règles qui posent le plus de problèmes, de réactualiser ses connaissances, d’adopter des réflexes, des moyens mnémotechniques, des outils pour s’autocorriger. Ils peuvent vous faire prendre conscience de l’importance à accorder à l’orthographe et à la grammaire dans votre communication au quotidien.
Ces ateliers sont dispensés désormais hors entreprise, pour vous former en toute discrétion, en atelier collectif dans des espaces de coworking sur Paris et en province, ou en individuel par visioconférence.
La plupart d’entre vous utilisent l’email, devenu un outil de communication de tous les instants, auquel vous joignez une présentation de vos services, un rapport, une proposition tarifaire. Vos difficultés avec la langue de Molière vous placent parfois dans des situations inconfortables. Vous choisissez des tournures de phrases très directes, pour éviter les fautes.
Une formation de plusieurs heures, balayant l’ensemble des subtilités de notre langue, approfondira et renforcera vos connaissances, pour acquérir une plus grande autonomie au niveau de l’expression écrite. Une formation individuelle, quant à elle, établie à partir d’un test pour repérer vos acquis et lacunes qui vont définir le contenu d’un programme, a pour objet de se concentrer sur vos propres difficultés.
Le bon usage du français n’est pas plus indispensable que superflu ; il est nécessaire selon la cible à laquelle s’adresse votre message. Tous les mots sont des outils. Des outils de communication. Des outils techniques, des outils utiles. Il faut en prendre soin pour bien communiquer.